Action-Research

RechercheAction

Projet recherche-action, Jeunes marginaux de la communauté afro-antillaise (2002)

L’Institut Interculturel de Montréal a fermé ses portes en juillet 2012 et son incorporation légale fut dissoute en décembre 2013. Les archives historiques de l’Institut ont été données à Bibliothèque et     Archives nationales du Québec. Le présent site est administré par le LABRRI ( Laboratoire de Recherche en Relations Interculturelles de l’Université de Montréal ). Les rapports de recherche-action et les actes de colloques sont disponibles en format PDF sur ce site.


LISTE DES RAPPORTS DE RECHERCHE-ACTION ET DES ACTES DE COLLOQUES

PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE
Pour plus d’informations sur les projets de recherche-action menés par l’IIM, veuillez communiquer avec madame Kalpana Das : kalpanadas.formation@gmail.com

 

For English, click here.

  Communautés, secteur communautaire et l’interculturel; rapport du projet de recherche-action. Institut Interculturel de Montréal,     Montréal, 19 p., 1997. 

Rapport sur la phase préliminaire (1996-1997) du premier volet de cette recherche-action qui portait sur la “Dynamique interculturelle dans des quartiers de Montréal”. Le premier axe de recherche portait sur l’établissement et la construction des communautés dans le contexte migratoire en ciblant les communautés grecque, portugaise et française de souche des quartiers Mile End. Saint-Louis-du Parc et Parc Extension. Il s’agissait de recueillir les perceptions et les expériences d’établissement de ces trois communautés dans ces quartiers et les réactions ou pro-actions aux effets causés par leur déracinement de leurs contextes socioculturels d’origine, ainsi que les différentes pratiques et lieux de reconstruction de ces communautés.

Conditions de vie et santé mentale des personnes âgées issues des communautés ethnoculturelles de Montréal. Rapport d’analyse. Kalpana Das, Lomomba Emongo et Anne-Josée Grégoire. Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 85 pages, 2003.

Sur près de 100 pages, les auteurs présentent et analysent les résultats d’une recherche-action qui a touché les aînés des communautés portugaise, haïtienne, sud-asiatique, latino américaine et antillaise anglophone. Au-delà de ce que nous apprend la parole des aînés sur leurs conditions de vie au Québec, les auteurs procèdent également à l’analyse du processus de recherche-action en tant que tel. Les conclusions qu’ils en tirent projettent un nouvel éclairage sur les approches de type interculturel.

Développement de modalités interculturelles de concertation en milieu communautaire. Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 46 p., 2000.

En 1998, l’IIM mena un projet de recherche-action sur le développement des modalités interculturelles de concertation en milieu communautaire. Ce rapport rend compte des résultats de cette recherche-action autour des trois objectifs généraux suivants: Partager leurs expériences et leurs perceptions des relations interculturelles dans le milieu communautaire; discuter les obstacles et les difficultés qui surgissent dans la concertation dans le contexte de la diversité culturelle; travailler en vue d’identifier des pistes pour une mise en place des conditions et modalités favorables à la concertation interculturelle.

Développement d’un modèle de pairs-aidants pour la prévention de la criminalité : des jeunes des communautés ethnoculturelles s’impliquent. Rapport final d’activités. Kalpana Das, François Fortin et Jocelyne Lalande. Institut Interculturel de Montréal, 2012, 166 p.

Ce projet de trois (3) ans a essentiellement visé : 1. à mettre sur pied une ressource de terrain sur le modèle de pair-aidant (interculturel) où ce sont des jeunes adultes ayant vécu eux-mêmes des difficultés qui aident des plus jeunes; 2. Outiller des adultes dans l’entourage des jeunes (parents, policiers, professeurs, etc.) à comprendre les réalités et les problèmes vécus par des adolescents liés au malaise identitaire et aux risques de dérives. Le projet est destiné à deux communautés ethnoculturelles à savoir haïtienne et latino-américaine. Le plan d’action du projet consistait à recruter entre 8 et 10 jeunes adultes afin de les former dans une approche communautaire et interculturelle à une pratique d’intervention auprès des jeunes de 12 à 17 ans pour prévenir les comportements à risque menant vers la criminalité. Ce projet innovateur, car la notion et la réalité du « malaise identitaire » ne sont généralement pas prises en compte dans l’intervention auprès des jeunes issus de l’immigration, autant dans les institutions que dans les milieux communautaires.

Environnement, développement et nations autochtones.Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 1994. 118 p.

Rapport du colloque qui avaient comme objectifs de permettre à différentes nations autochtones de partager leur conception des relations entre l’être humain et la nature, de partager leur conception des rapports entre environnement et développement, de parler de l’impact des projets de développement sur leur mode de vie et des alternatives basées sur le savoir-faire de leur culture, de s’exprimer sur la collaboration entre les nations autochtones et non autochtones dans la résolution des problèmes d’environnement et de développement.

La gang: une chimère à apprivoiser. Marginalité et transnationalité chez les jeunes Québécois d’origine afro-antillaise. Perreault, Marc; Bibeau, Gilles. Avec la collaboration de Kalpana Das. Éditions du Boréal, Montréal, 391p. 2003.

La recherche dont nous présentons ici les résultats trouve sa force principale dans le fait qu’elle restitue la parole de jeunes marginaux des communautés afro-antillaises de Montréal et qu’elle nous donne accès à leur expérience de la vie. À travers leurs récits ces jeunes nous ont dit, dans leurs mots, ce que signifie pour eux l’identité, la famille, l’immigration et le statut de minorités raciales, et les conditions socio-économiques dans lesquelles ils vivent. Les récits recueillis ont servi en quelque sorte de révélateurs qui nous ont permis d’identifier certains des enjeux sociaux les plus importants pour les jeunes des communautés afro-antillaises et d’éclairer, à partir du point de vue des jeunes eux-mêmes, la complexité des itinéraires que certains d’entre eux suivent dans leur dérive vers les marges de la société. Le corpus de données sur lesquelles s’appuie la présente étude touche à une grande variété de thématiques, à savoir l’expérience migratoire des familles des jeunes et l’impact de cette rupture multiforme sur le tissu social, la dynamique socio-économique de la société d’accueil, ses normes, ses attitudes et ses pratiques sociales, la quête de l’identité chez les jeunes et leur lutte pour reconstruire, dans les marges de la société, un groupe ayant le profil d’une famille. Nous avons aussi tout mis en oeuvre pour démystifier les représentations négatives qui sont fréquemment associées à la vie des jeunes marginaux, notamment dans le cas des jeunes noirs.

Interculturalité et relations intercommunautaires pour l’amélioration de la vie civique. Institut interculturel de Montréal, 2003. 58 pages et 30 pages.

Volet 1 : Le dialogue interreligieux et les approches de résolution de conflits.

Volet 2 : Identité et marginalité chez les jeunes des communautés ethnoculturelles et leur réinsertion sociale.

D’une façon globale, ce projet s’adressera à deux enjeux fondamentaux relatifs aux relations interculturelles au plan communautaire, notamment aux relations entre les communautés d’appartenance religieuse différentes et à la situation des jeunes des communautés immigrantes et ethnoculturelles en terme des conflits d’identité qu’ils vivent, ces conflits engendrant chez eux un malaise social profond pour trouver leur place dans la société.

Interculturalité, participation civique et action communautaire Institut interculturel de Montréal, Montréal, 2004. 33 pages et 23 pages.

Ce projet comporte deux programmes d’activités et concerne fondamentalement la réalité des communautés ethnoculturelles. Il vise une meilleure compréhension de leurs difficultés de participation à la vie civique québécoise, ainsi que faciliter leurs apports spécifiques à celle-ci.

Programme 1 : Le dialogue interreligieux dans les espaces sociaux

Le but de ce colloque est de mieux cerner les contributions spécifiques des différentes traditions religieuses à la vie civique dans un contexte de diversité culturelle et religieuse. Plus concrètement nous cherchons à clarifier les questions suivantes :

– Comment les leaders des différentes traditions religieuses peuvent-ils contribuer à l’amélioration des relations interreligieuses?
– Quelles sont les différentes perspectives religieuses sur la responsabilité sociale ?
– Y a-t-il des propositions concrètes dans les différentes traditions religieuses sur la façon d’agir dans le cadre civique et sociale?
– Est-ce que la participation dans la vie civique porte sur l’ensemble de la société ou se limite-t-elle plutôt à leur propre communauté?

Programme 2 : Citoyenneté et participation sociale des communautés ethnoculturelles.

Dans ce volet, on cherche fondamentalement à atteindre deux objectifs :
– Comprendre la nature et les caractéristiques des cultures sociales des communautés visées et leur écart culturel en référence à la culture sociale majoritaire de la société québécoise.
– Analyser leur conception et leur positionnement face à la notion et à la pratique de la citoyenneté.
– Identifier les paramètres fondamentaux pour le développement de modalités interculturelles de participation sociale et l’exercice de la citoyenneté des communautés ethnoculturelles.

Trois forums d’une demi-journée ont eu lieu au printemps 2004 dans trois milieux ethnoculturels spécifiques :
– Les communautés sud asiatiques (Inde, Bangladesh, Sri Lanka)
– Les communautés sud-est asiatiques (Vietnamienne, Cambodgienne, Laotienne et Thaï)
– Les communautés de l’Afrique de l’est (Somalienne, Soudanaise, Éthiopienne)

Jeunes, identité et religiosité. Points de vue sur le rôle de l’école. Institut interculturel de Montréal, 2007. DVD (format NTCS), 65 minutes.

Explorer comment l’école québécoise, dans le nouveau contexte de la déconfessionnalisation, peut prendre en considération de façon positive la dimension religieuse et spirituelle dans toute sa diversité afin que celle-ci ne soit pas mise de côté dans la configuration et construction identitaire de chaque élève.

Nous avons prévu cinq types d’activités, différentes mais complémentaires, qui devraient rendre possible l’élaboration d’un Document de référence sur le sujet. Les activités prévues ont été conçues dans une approche essentiellement participative, caractérisée par le fait de: prendre en considération tous les acteurs impliqués dans la problématique : élèves, enseignants, parents, leaders communautaires et religieux; miser surtout sur le dialogue et l’échange entre les participants aux différentes activités.

Les jeunes Noirs d’origine antillaise à Montréal: approche des milieux marginaux. Projet de recherche (1996-1998). Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 36 p., 2000.

Contexte: On associe l’augmentation de la criminalité dans notre société aux jeunes noirs identifiés comme un groupe à haut risque. Les jeunes Haïtiens constituent un pourcentage important de la clientèle ethnoculturelle des centres de réadaptation du Québec. Cette situation semble se conjuguer avec la réalité des quartiers défavorisés. L’une de ses manifestations les plus inquiétantes est sans aucun doute le phénomène des gangs de rue. Objectifs: 1) Mieux connaître les milieux des jeunes noirs de Montréal; 2) Comprendre de l’intérieur et dans une perspective d’ensemble des milieux marginaux; 3) Comprendre l’impact des modèles et images que se donnent les jeunes issus de l’immigration pour mieux comprendre les milieux marginaux de jeunes noirs; 4) traduire les représentations et pratiques des jeunes noirs dans des modèles articulés par eux pour permettre une approche plus efficace par les intervenants sociaux et de santé.

Justice blanche / Justice autochtone. Actes du colloque du 24 et 25 mai 1991. Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 144 p., 1993.

On trouvera dans ces actes un bilan actuel des problèmes et des opinions sur la confrontation, parfois la cohabitation, de deux systèmes juridiques fort différents, l’un autochtone l’autre d’origine occidentale. Même si certains événements ou certains changements se sont produits depuis, le colloque avait soulevé au moins deux questions centrales qui est toujours d’actualité: l’imposition d’un cadre juridique non autochtone aux autochtones est-elle une solution durable et juste aux problèmes de l’adminstration de la justice chez les nations autochtones et sommes-nous prêts à accepter l’existence de deux conceptions différentes de la justice chez les autochtones et les non-autochtones et du besoin d’établir un dialogue entre les deux plutôt que l’imposition de l’une sur l’autre?

Malaise identitaire chez les jeunes des communautés ethnoculturelles de Montréal: Un projet d’action et de développement des ressources communautaires. Institut interculturel de Montréal, 2003-2006. 74 pages, 35 pages et 50 pages.

Le présent projet d’action et de développement des ressources communautaires tire profit des résultats des recherche-action antérieures de l’IIM sur la situation des jeunes des communautés ethnoculturelles de Montréal. Il ressort que l’identité éclatée de ces jeunes constitue une préoccupation récurrente. Toutefois, la préoccupation identitaire est rarement exprimée en tant que telle ; elle apparaît en creux au détour d’autres problèmes que les jeunes ont avec leurs parents et avec la société d’accueil en générale. En mettant le malaise identitaire au centre de sa démarche, le présent projet veut comprendre et agir sur cette réalité largement inconsciente, en impliquant les jeunes mais aussi différents acteurs sociaux concernés à chaque étape du processus.

D’où les trois questions fondamentales qui résument la problématique du projet :

– Que faire au niveau des jeunes, en les impliquant eux-mêmes dans la démarche, pour les aider à se prendre en charge sur le plan identitaire ?
– Que faire au niveau des familles, des communautés ethnoculturelles et des services publics, en tant qu’acteurs sociaux concernés, pour développer des ressources capables d’aider les jeunes ?
– Que faire pour prévenir plus particulièrement les comportements antisociaux chez les jeunes, pouvant conduire à la criminalité ?

Pour le développement d’un projet de régénération du communautaire dans un contexte pluraliste. Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 93 p., 1995.

Rapport de consultation auprès des organismes oeuvrant dans différents secteurs du domaine communautaire (santé, loisirs, jeunes, associations ethniques, divers services d’aide aux immigrants et aux démunis, etc.). Le rapport établit un protrait de la réalité, particulièrement de la dynamique multiethnique et pluraliste dans les quartiers ciblés. Il fait part des réactions des organismes consultés devant l’idée d’élaborer ensemble un projet de régénération du communautaire passant par la participation des familles et de leur communauté.

Pratiques identitaires et de résolution des problèmes dans la communauté hindoue de Montréal. Projet de recherche (1996-1999). Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 121 p., 1998.

Contexte: L’immigration est un processus source de stress, qui peut déséquilibrer les familles, provoque des ajustements dans les conceptions et pratiques. Étant donné son impact sur la santé mentale, il faut s’interroger sur les dynamiques identitaires des immigrants hindous et comprendre leurs voies de recours en cas de problème. Objectifs: 1) Comprendre la perception générale de la santé mentale et comment celle-ci est vécue chez les Hindous, 2) Mettre en évidence les savoirs que cette perception inspire dans le sens de la résolution des problèmes de santé mentale particulièrement, 3) Évaluer l’influence des pratiques identitaires hindoues dans la résolution de ces problèmes spécifiquement en contexte d’immigration.

Pratiques identitaires et résolutions des problèmes dans les milieux haïtiens de Montréal. Projet de recherche (1996-1998). Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 93 p., 1998.

Contexte: L’impact de l’immigration sur la structure et la cohésion des familles n’épargne pas les jeunes. Ceux-ci sont partagés entre des identités multiples, à cheval entre pays d’origine et pays d’adoption, en plus de vivre les transformations liées à leur âge. Objectifs: 1) Dresser un portrait général de la dynamique et des problèmes d’adaptation des jeunes et des familles haïtiennes à la société d’adoption, 2) Dégager des pistes d’interprétation pouvant faciliter la compréhension des situations souvent complexes que vivent les jeunes et les familles d’origine haïtienne dans le long processus d’immigration et d’adaptation à une nouvelle société.

Prise en charge des aînés des communautés ethnoculturelles. Guide de référence et d’inspiration. Kalpana Das & Lomomba Emongo. Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 47 pages, 2003.

Basé sur la parole, les expériences de vie et les souhaits des aînés rencontrés lors du projet de recherche-action que nous leur avons consacré, le guide se veut un document de référence et d’inspiration pour toute personne travaillant auprès des aînés des communautés ethnoculturelles : les membres de la famille, les leaders communautaires, les travailleurs des organismes communautaires, les intervenants du réseau public, etc.

A Report of the Second INCA(D) conference-workshop on Knowledge and Livelihoods in the Context of Globalization: A Cross-Cultural Dialogue. Montréal, Institut Interculturel de Montréal, 26 p., 2000.

La conférence internationale « Les savoirs locaux et les moyens traditionnels de subsistance dans le contexte de globalisation – un dialogue interculturel » a eu lieu à Bangalore, en Inde, du 8 au 13 mars 2000. Les buts de la conférence consistaient à examiner de quelle façon il serait possible de retrouver ou de recouvrer les savoirs locaux inhérents aux cultures de l’Asie du Sud; à articuler le savoir novateur dans les divers mouvements sociaux de l’Asie du Sud; à amorcer et fortifier la coopération interculturelle entre les peuples de l’Asie du Sud aussi bien qu’entre ceux de l’Asie du Sud et des autres régions du monde.

Résautage interculturel des femmes d’ici et d’ailleurs, par Kalpana Das, Anne-Josée Grégoire et Fanny-Pierre Galarneau. Institut Interculturel de Montréal, Montréal, 44 pages, 2009.

Ce projet aborde la problématique de l’isolement social des femmes québécoises issues de l’immigration qui résident dans deux quartiers de Montréal : Parc-Extension et Centre-Sud.

Le but principal est de contribuer à la participation des femmes isolées issues de l’immigration au sein de la société québécoise, par le rapprochement et le dialogue, articulés sur la valorisation et le partage des savoirs, des connaissances et des expériences pratiques dans différents domaines, en tant que moyen fondamental pour briser cet isolement.

De plus, le projet a pour but de sensibiliser des intervenants sociaux à la nécessité de la valorisation des savoirs et des connaissances des femmes souffrant d’isolement social, en tant que levier pour briser celui-ci.

Vivre avec la Terre. Perspectives interculturelles du développement durable: pratiques indigènes et alternatives. Actes du colloque international (30 avril, 1er au 3 mai 1992. Montréal, Institut Interculturel de Montréal, 270 p., 1993.

Un document essentiel pour comprendre les enjeux de la relation entre environnement, développement et identités culturelles.